Notre histoire

Le restaurant A Travessa a été créé en 1978, initialement dans l’étroite Travessa das Inglesinhas, en plein cœur de la Madragoa, dans un cadre intimiste et chaleureux.

cnvt_brnrds_01

Ce lieu francophone a d’abord naturellement attiré le personnel des ambassades de France et de Belgique toutes proches. Mais l’ambiance bohème et élégante du restaurant a rapidement séduit plus largement une clientèle d’artistes, d’intellectuels, de journalistes et d’hommes politiques, qui en ont fait un des lieux incontournables de la vie lisboète.

De l’équipe initiale, seule Viviane Durieu a poursuivi le projet, invitant Antonio Moita à s’y associer en 1994. C’est alors que le restaurant, jusque là d’inspiration essentiellement belge, s’empare peu à peu des saveurs et des produits de la gastronomie portugaise.

Vingt ans après ses débuts, la Travessa s’installe à quelques pâtés de maison du berceau de l’entreprise, dans le magnifique Couvent des Bernardines, tout juste ressuscité après une profond travail de restauration du bâtiment: il y occupe les deux vastes salles du réfectoire qui allient charme et confort, auxquelles il faut ajouter la belle terrasse dans le cloître, dont on peut profiter pratiquement toute l’année.

“ Quand je suis arrivée pour la première fois à Lisbonne en décembre 1969, ce qui m’a fascinée, c’est d’abord le climat et la lumière à cette période l’année. Surtout que j’arrivai de Belgique où le ciel était gris neuf mois par an. Je me souviens de ma surprise à voir encore des feuilles sur les arbres à cette période de l’année.” Viviane

Le couvent des Bernardines du Mocambo, fondé en 1653 par autorisation royale de Jean IV, est dédié à Notre-Dame de Nazaré et observe la règle cistercienne, se fermant au monde à partir de 1655. Un siècle plus tard, le grand tremblement de terre le détruit presque totalement et sa reconstruction, due à l’architecte Giacomo Azzolini, démarre en 1758. Pendant les travaux, les sœurs trouvent refuge dans le couvent voisin d’Esperança, aujourd’hui démoli.

Les religieuses réintègrent le couvent en 1786 et y demeurent jusqu’en 1834, lorsque les congrégations religieuses sont interdites et leurs biens confisqués. S’y succèdent alors différents occupants, il abritera notamment un collège et un théâtre amateur où se produira Herminia Silva, première chanteuse à donner du fado sur une scène de théâtre.

C’est finalement la ville de Lisbonne qui acquiert l’immeuble et entreprend d’importants travaux de restauration qui s’achèvent en 2001. Aujourd’hui, outre le restaurant « A Travessa », le bâtiment accueille également le Musée des Marionnettes ainsi que quelques logements.